Assessment of the decentralization policy in Côte d'Ivoire: the case of communes of Alépé, Taabo and Yopougon - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2015

Assessment of the decentralization policy in Côte d'Ivoire: the case of communes of Alépé, Taabo and Yopougon

BILAN DE LA POLITIQUE DE DECENTRALISATION EN CÔTE D'IVOIRE : Cas des communes d'Alépé, de Taabo et de Yopougon

(1)
1
Abodou Athanase Adomon
  • Function : Author
  • PersonId : 968470

Abstract

Since 1980 the municipalities are at the center of the decentralization policy in Côte d'Ivoire. Contrary to what one might think, communalization is not an innovation in Côte d'Ivoire. During the colonial period, Côte d'Ivoire has experienced three types of municipalities: Mixed communes, average performance of municipalities and self-governing communes. From 1980 to 2011, the number of full-function communes has increased from 37 to 197; then to 1295 in 2011. Thirty three years later, local actors are still looking for an appropriate strategy to satisfy the needs expressed by the population in the municipalities. The main question is to know, that the decentralization policy initiated in 1980 improved the conditions and living environment of the populations in a context of financial crisis and socio-political and military instability? This is to analyze the effects of a policy promoted by the state under the pressure of donors. The objective is to draw up a report of the decentralization policy in local development process from the examples of communal management to Alépé, to Taabo, and to Yopougon. The investigation method was essentially qualitative, but it called at times to quantitative data and an inventory of municipal investments to facilitate understanding. This choice was guided by the need to identify the existing order to facilitate a contributory approach in improving the living and environment conditions of the population. For good visibility in the work, we formed work teams to carry out the survey research in the field. The survey covered 810 household heads (RGPH-98), selected on the basis of the criteria of number of years of residence in the municipality (minimum 5 years); age of household head (at least 30 years); the exercise of a profession permanently in the municipal area. The results obtained were recorded in tables, and then transcribed as maps and graphs. The resulting tables outline the investments in areas of intervention of the actors of community development and propose a classification of such investments in priority order. The Analysis of the results made it possible to highlight the needs expressed by the populations in order of priority. After thirty three years of implementation of the decentralization policy, mayors and their partners have created a range of facilities and infrastructure in the municipalities of Alépé, Taabo and Yopougon. The areas that have been the subject of municipal investments are education, health, the various networks and roads, electrification, water supply, sports and leisure, security, urban planning, the human and socio-economic field. However, people believe that these achievements do not adequately address their concerns. This explains their disappointment. The challenges are enormous and concern also the institutional and legal dysfunction, ineffectiveness of the accompanying measures, training of local actors, the lack of communication between elected officials and citizens, the failure of household waste management systems, endless conflict of urban land, the dwindling financial resources and above all too stifling guardianship; etc. We can finally say that the results of the decentralization policy are mitigated. However the effectiveness of this policy means building the institutional capacity of the municipalities, the consistency of local initiatives, the effectiveness of the transfer of skills, the emergence of the local economy, the adaptation of methods of intervention donors and promotion of decentralized cooperation, etc.
Depuis 1980 les communes sont au centre de la politique de décentralisation en Côte d’Ivoire. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la communalisation n’est pas une innovation en Côte d’Ivoire. Pendant la période coloniale, la Côte d’Ivoire a connu trois types de communes : Les communes mixtes, les communes de moyen exercice et les communes de plein exercice. De 1980 à 2011, le nombre des communes de plein exercice est passé de 37 à 197 ; puis à 1295 en 2011.Trente trois ans après, les acteurs locaux sont encore à la recherche d’une stratégie adéquate pour satisfaire les besoins exprimés par les populations dans les communes. La question principale est de savoir si la politique de décentralisation engagée en 1980 a-t-elle permis d’améliorer les conditions et le cadre de vie des populations dans un contexte de crise de financière et d’instabilité socio-politique et militaire ? Il s’agit d’analyser les effets d’une politique impulsée par l’Etat sous la pression des bailleurs de fonds. L’objectif est de dresser le bilan de la politique de décentralisation dans le processus de développement local à partir des exemples de gestion communale d’Alépé, de Taabo et de Yopougon. La méthode d’investigation a été essentiellement qualitative mais, elle a fait appel par moments à des données quantitatives et à l’inventaire des investissements communaux pour faciliter la compréhension. Ce choix a été guidé par le souci de cerner l’existant afin de faciliter une approche contributive dans l’amélioration des conditions et du cadre de vie des populations. Pour une bonne visibilité dans le travail, nous avons constitué des équipes de travail pour réaliser l’enquête d’opinion sur le terrain. L’enquête a porté sur 810 chefs de ménage (RGPH-98), choisis sur la base des critères du nombre d’année de résidence dans la commune (au minimum 5ans) ; l’âge du chef de ménage (30 ans au moins) ; l’exercice d’une profession de manière permanente sur le périmètre communal. Les résultats obtenus ont été consignés dans des tableaux, puis transcrits sous forme de cartes et de graphiques. Les tableaux obtenus donnent un aperçu des investissements dans les domaines d’interventions des acteurs du développement communal et proposent une classification desdits investissements par ordre de priorité. L’analyse des résultats a permis de mettre en évidence les besoins exprimés par les populations par ordre de priorité. Après trente trois ans de mise en œuvre de la politique de décentralisation, les maires et leurs partenaires ont créé de nombreux équipements et des infrastructures dans les communes d’Alépé, de Taabo et de Yopougon. Les domaines qui ont fait l’objet d’investissements communaux sont l’éducation, la santé, les réseaux divers et la voirie, l’électrification, l’adduction d’eau, les sports et loisirs, la sécurité, l’urbanisme, la promotion humaine, et le domaine socio-économique. Toutefois, les populations estiment que ces réalisations ne prennent pas suffisamment en compte leurs préoccupations. Ce qui explique leur déception. Les défis à relever sont énormes et concernent tout aussi bien le dysfonctionnement institutionnel et juridique, l’ineffectivité des mesures d’accompagnement, la formation des acteurs locaux, le déficit de communication entre élus et administrés, la défaillance des systèmes de gestion des ordures ménagères, les interminables confits de foncier urbain, l’amenuisement des ressources financières et surtout une tutelle trop étouffante ; etc. On peut finalement affirmer que le bilan de la politique de décentralisation est mitigé. Toutefois l’efficacité de cette politique passe par le renforcement de la capacité institutionnelle des communes, la cohérence des initiatives locales, l’effectivité du transfert des compétences, l’émergence de l’économie locale, l’adaptation des modes d’intervention des bailleurs de fonds et la promotion de la coopération décentralisée, etc.
Fichier principal
Vignette du fichier
Bilan de la politique de décentralisation en Côte d 1.pdf (13.48 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

tel-01337369 , version 1 (27-06-2016)
tel-01337369 , version 2 (03-08-2016)

Identifiers

  • HAL Id : tel-01337369 , version 2

Cite

Abodou Athanase Adomon. BILAN DE LA POLITIQUE DE DECENTRALISATION EN CÔTE D'IVOIRE : Cas des communes d'Alépé, de Taabo et de Yopougon. Géographie. Université Félix Houphouet Boigny (Côte d'Ivoire), 2015. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-01337369v2⟩

Collections

ENS-LYON UDL
965 View
22787 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More